Récits d'affrontement, par Fanni, Iris, Ferran, Eli, Davy, 5e4


La bataille de Theodore, par Iris Dulat 

L’histoire se passe vers le milieu du 11e siècle. Elle se déroule dans un petit royaume, sur une grande plaine verte. Théodore, un beau et fort chevalier s’entraîne une fois par semaine à la chasse pour devenir le meilleur chevalier du pays.

Le chevalier prend son heaume et le place sur sa tête. Il s’arme de son haubert et selle son cheval avec un destrier. Puis son vassal lui amène une longue et solide lance, un écu et une épée en acier. Lorsque les portes de la forteresse s’ouvrent, le chevalier pique des deux et s’enfonce dans la sombre forêt. Lorsqu’il arrive sur une plaine, il s’arrête brusquement car il remarque une étrange présence quelques mètres devant lui.

« Bonjour cher voyageur, puis-je vous aider ? dit Théodore à l’inconnu.

L’inconnu lui répond avec arrogance : ?

"Je m’appelle Jean Le Maléfique et je suis le sorcier le plus puissant de l’univers !"

Le jeune chevalier, qui n’apprécie pas du tout cette remarque, lui répond :

"Je nous déclare ennemis ; que le meilleur gagne ! "

Le courageux chevalier se jette sur le sorcier, tient fermement sa lance en avant et essaye d’assommer son ennemi. Mais celui-ci se précipite à terre et dégaine son écu. Puis, en tendant sa main droite vers Théodore, il crie un sort que nul autre être vivant n’est capable de répéter. Quelques instants plus tard, le chevalier remarque que sa lance a rétréci d’un mètre. Le sourire arrogant du sorcier met Théodore tellement en colère qu’il dégaine son épée et tranche le bras droit de Jean Le Maléfique pour qu’il ne puisse plus jeter de sorts. Alors, du sang gicle de tous les côtés et touche même Théodore.

Sans faire de pause, le vaillant chevalier descend de son cheval, s’élance vers son ennemi et lui plante son épée en plein cœur. Le combat fut si terrible que Théodore ne voulut même plus aller à la chasse. Mais alors celui-ci se dit qu’il a gagné les immenses terres du sorcier. Donc, avec beaucoup de confiance en lui, le chevalier retourne à la forteresse. Lorsque le chevalier blessé passe les grandes portes de la solide forteresse, une foule vient l’acclamer avec une très grande joie car tout le monde se demandait où il était passé.

Depuis ce jour, le chevalier a toujours eu confiance en lui grâce à la terrifiante bataille qu’il a vécue.

Le combat de Chauvin et Gauvin, par Ferran Geremias

Au cours du Moyen Age, un empire appelé Karsanda et gouverné par l’empereur Tauvin le jeune, se dresse au milieu des terres inconnues de l’occident. Grâce à ses victoires, Tauvin, qui est monté sur le trône à seulement 16 ans, gouverne l’empire le plus glorieux du monde. Il a emmené sa dynastie et sa couronne à son apogée. Malheureusement, le roi tombe malade en 1301 et meurt à l’âge de 66 ans, entouré de ses trois fils, Chauvin, Gauvin et Covadongue Cyrielle. Chauvin, le fils aîné, est un homme beau, fort et honnête tandis que Gauvin est un homme enlaidi par sa jalousie, orgueilleux et prétentieux. Tauvin aimait ses deux fils malgré leurs qualités et leurs défauts. Cependant, il croit voir en Chauvin les vertus nécessaires pour maintenir l’union des peuples et la puissance de son royaume.

C’est pourquoi à sa mort, il le désigne légitime successeur au trône et accorde à Gauvin quelques terres et richesses. Par jalousie et désir de vengeance, Gauvin rassemble une armée de mercenaires et décide de saccager les campagnes de la capitale impériale et de tuer tous ceux qui s’opposent à lui. Suite à cet évènement, des tensions entre les deux frères éclatent.

Le 15 avril 1305, Chauvin l’empereur est réveillé par le chant des oiseaux dans sa majestueuse chambre du Palais Impérial. Magnifiquement vêtue, la princesse Covadongue Cyrielle sonne à la porte et rentre pour l’informer des dernières nouvelles de l’empire. Tout semble aller bien, pense Chauvin sans vraiment écouter le récit de sa sœur. Soudain le mot « attaque » le fait revenir d’un seul coup à la réalité. Surpris, le roi se retourne vers elle et lui demande : « Qui ose nous attaquer et perturber ainsi la paix de notre empire ? ». Le visage assombri par la peine, Covadongue répond avec tristesse : « Notre frère, Gauvin. »

Fou de colère, Chauvin se lève avec violence et se rend rapidement à la fenêtre où les pigeons messagers l’attendent comme d’habitude. Il aperçoit alors le terrible serpent vert marqué au ventre d’un des pigeons. Il retire le message de ses pattes et lit : « A l’heure de none, dans la Forêt des Miracles, je t’attends mon frère ».

La rage aux yeux, le cœur brisé et plein de déception, Chauvin appelle son écuyer et lui dit : 

« Que mon armure préférée soit préparée pour demain à l’aube. »

Covadongue, sachant que seul l’un survivra au duel, implore l’empereur : 

« Aie pitié de notre frère ! »

Pendant son trajet vers la forêt des miracles, Chauvin se rappelle sa jeunesse : lui et son frère en train de jouer dans la forêt où aujourd’hui l’un d’eux tombera, imaginant de grandes batailles contre des grands ennemis. Se protégeant l’un l’autre. Que s’est-il-passé depuis ? Pourquoi cette rage, tout ce mal et tous ces morts ? Chauvin ne peut pas pardonner cette déloyauté. Le duel sera sans merci : uniquement un des deux réussira à survivre.

Tel qu’autrefois, au milieu de la clairière de la forêt, son frère se dresse devant lui, armé des pieds à la tête. La peur et la déception couvrent le visage de Chauvin. Pas un brin de pitié dans le regard de Gauvin qui est déterminé à tuer son frère pour ainsi gouverner l’empire. Les deux chevaliers sont équipés d’un heaume, d’une armure étincelante comme des étoiles, et d’un écu. Au centre de celui de Chauvin, le blason de l’empire : le féroce lion rouge alors que celui de Gauvin affiche celui de la région qu’il gouverne : le terrible serpent vert.

Épées en avant, les deux frères prennent de l’élan et foncent de toute la vitesse dont sont capables leurs chevaux. Chauvin atteint en premier son adversaire. Son épée écorche le bras gauche de Gauvin. De son tour, celui-ci, d’une frappe aveuglante, fait tomber son frère par terre qui se retrouve le nez au sol.

Aussitôt, Chauvin se relève, prend le poignard de sa ceinture et l’enfonce dans la cuisse de Gauvin. Le sang commence à dégouliner. Les deux combattants retiennent leur souffle tandis que la sueur froide et la peur s’emparent de leurs corps. Gauvin semble affaibli et Chauvin en profite.

A force de donner des coups, les écus des adversaires se transpercent. Chauvin réussit à se remettre, pare un énorme coup, récupère son épée et assène le coup mortel dans l’abdomen de son petit frère. Gauvin, gémissant, perd tout son sang.

Avec ses dernières forces, Gauvin prononce ses dernières paroles :

« Je suis désolé, mon frère, la jalousie a été plus forte que moi ».

Chauvin, les larmes aux yeux, lui répond :

« Repose en paix, que Dieu pardonne tous tes péchés. Va rejoindre notre père. »

Chauvin a gagné le combat. Il revient blessé mais aussi glorieux et acclamé par la foule. Cependant, une douleur intérieure ne le quitte plus : Il a tué l’ennemi de son peuple, de son royaume… son chéri et bien-aimé frère. Chauvin fera construire une statue dans la forêt des miracles en l’honneur de son frère Gauvin.

Depuis, l’empire de Chauvin reste en paix jusqu’à la fin de ses jours. Plus personne n’ose défier le triste Chauvin. Le duel fratricide se transforme en légende et sera raconté de génération en génération jusqu’à nos jours.

La bataille d'Eddo, par Eli Seidler

L'histoire se passe au XII ème siècle. Elle parle du siège de la ville Non-Vue. Le chevalier seigneur Eddo, plein de crainte pour sa ville, envoie un messager qui organise une bataille pour délivrer sa cité.

Le seigneur Eddo sort d'une grotte près des portes du château, lorsqu’une roche tombe des remparts et ferme l'entrée de l'antre, qui était le seul chemin pour entrer dans la forteresse à part le pont-levis fortifié. Alors, il voit pour la première fois, de ses propres yeux, la gigantesque armée des Sarrasins. Il distingue plusieurs sortes de soldats : les fantassins polissent leurs sabres, les cavaliers s'occupent de leurs chevaux et les canonniers attendent le signal de leur chef pour détruire les murs français. C'est ainsi que le siège se déroulait depuis plusieurs années, mais ce jour-là, l'empereur sarrasins a décidé qu'il attaquera la ville, sauf si un chevalier français affronte son champion Barber. Eddo s'est porté volontaire, seul, car l'idée d'affronter Barber faisait oublier aux chevaliers leur serrement au roi.

Lorsqu' Eddo vit son ennemi, plus grand qu'un arbre, une rage éclata dans son cœur, aussi brûlante que la braise. Sans aucun avertissement, Eddo saute sur son cheval, dégaine son épée, saisit sa lance de l'autre main, l'envoie comme un javelot et se lance à l'attaque. Barber, aussi grand qu'agile, se jette sur le côté pour esquiver la lance d'Eddo, mais reçoit un coup de son épée en plein corps, ne tombe pas, hurle, pareil à une tornade, puis frappe le cheval d'Eddo d'une telle force avec sa massue, que sa tête vola jusque devant les remparts français, sous l’applaudissement des Sarrasins.

Eddo, alors, retire son glaive sanglant du corps de Barber, le tourne dans ses mains, rugit d'énergie incontrôlée, le plante dans le front, son poignard dans le menton de Barber. Le sang jaillit de tous les côtés. Mais Barber ne tombe toujours pas, prend son arme des deux mains, s'avance d'un pas et heurte l'écu d'Eddo, le cassant en mille morceaux. Alors celui ci, fou de colère, se remet à l'attaque, rugit d'énergie incontrôlée, dégaine son épée et coupe le bras gauche de son ennemi dont le sang rougit les remparts. Barber saisit son arme de son autre main, attaque avec vigueur, mais perd l'équilibre à cause de sa main perdue.

Eddo a pitié de Barber et dit :

«Tu as bien combattu et si tu acceptes ta défaite, je te laisserai partir !

-Jamais ! » est la réponse de Barber qui attaque aussitôt et se retrouve avec son bras droit coupé ; le sang jaillit de tous les côtés, l'arme tombe et est prise par Eddo.

« Je te redonne la chance de te rendre », fit celui-ci.

Mais Barber essaya encore de l'attaquer et tout à coup il n'eut plus de membres à part la tête.

« Maintenant, il est trop tard pour te rendre » furent les derniers mots qu'entendit Barber avant sa décapitation.

Le duel d'Ernenfed le preux cojtre Gaihart le gros, par Davy Semmler

La mort de son frère Rigouslaf le second a très fortement touché Ernenfred le preux. Avec hardiesse et sans pitié, il veut se venger. C´est Gaihart le gros qui a massacré le brave Rigouslaf, et qui s´est enfui dans les épais bois de Champagne. Mais Ernenfred lui coupe le chemin.

Gaihart est un géant et un maître de combats d´épées. Il est redouté de tous les chevaliers et pourtant, Ernenfred veut le combattre. Lorsque Gaihart aperçoit Ernenfred, il se dirige vers une clairière. Du haut d´une colline, tout le village de Champagne peut observer ce fascinant combat. Ernenfred dégaine son épée, la brandit en l’air, se lance  à l´assaut  et abat son épée sur le colosse qui pare le coup. Maintenant, celui-ci se dirige vers Ernenfred et, d´un coup sec, lui sépare la main du corps. Le blessé hurle de douleur, son sang coule de partout. Son armure ne brille plus, mais est couverte d’un sang rouge comme les lèvres.

Même sans main, Ernenfred ne se rend pas, mais continue à se battre. Il reprend son glaive, le frappe contre celui de Gaihart. Avec de grands coups, Ernenfred s´attaque à son adversaire. Complètement abasourdi, Gaihart reste immobile et reçoit un si puissant coup sur son haubert que celui-ci se brise en mille morceaux. Sans protection, Gaihart essaye de s´enfuir, mais Ernenfred, impitoyablement, lui tranche les deux jambes. L´avant-corps de Gaihart tombe par terre et Ernenfred, le cœur rempli de rage, transperce le torse du colosse, qui meurt sur le champ.

Apres sa victoire, Ernenfred relève sa main et, tout sanglant, se rend à la tombe de son frère. En deuil, il prie pour lui et dépose sa main, qu´il a perdue au combat, pour le venger.          

Le cerbère Eo, par Fanni Couillard

19/02/1001 :

        Je m’appelle Jacque et je suis un chevalier. Ma bien-aimée, Elisabeth Delacour, a un jour couru un grand danger : elle à été capturée par un monstre nommé Eo. Elle était enfermée dans une imposante grotte d’escarboucles dans laquelle seules éclairaient les pâles lueurs du soleil lointain reflété par les pierres. Eo était un cerbère féroce,aux dents aiguisées, une bête assoiffée de sang, espérant et représentant le mal.

07/06/990 :

Le plus beau jour de ma vie est celui ou j’ai rencontré Elisabeth pour la première fois. Cette dame est si belle que je suis tombé éperdument amoureux d’elle. Le jour même j’ai cueilli des fleurs pour la remercier de son hospitalité et en rentrant au bien, j’ai vu une maison complètement détruite. Je me hâte d’y rentrer. J’appréhendais la disparition de ma bien-aimée et des prud’hommes qui m’ont sauvé et je ne me trompe pas. Elle avait disparu. . .

J’avais entendu quelques jours avant un héraut m’apprendre qu’un cerbère, sorti tout droit de l’enfer, menace la ville. Je me suis mis alors à sa recherche.

11/06/990 :

Au bout de quatre jours de marche, je suis si fatigué que je cherche un endroit pour pouvoir m’assoupir quelque temps. J’arrive donc à côté d’une grotte, je m’installe. Après deux heures de repos, je suis brusquement réveillé par une bave gluante et une odeur terrible sur ma figure. Je me lève en essayant de calmer la créature qui me fixe comme un prédateur guettant sa proie. Je suis devant le traître qui a capturé ma prisonnière ! Vite, je dégaine mon épée de son fourreau et commence à combattre. Mais en vain, la créature me mord avec une de ses têtes en arrachant mon écu et mon épée. Je suis sans aucune arme ou protection, il ne me reste plus que mon heaume.

La créature recommence, elle expédie mon heaume à plus de cent mètre tout comme elle avait arraché mon haubert. Je suis plein de morsures à cause des crocs acérés d’Eo. Je tombe,me relève, repars en courant vers mon épée. La bête n’a pas le temps de me suivre car aussitôt, je reviens, abats mon épée sur la chose qui commence à s’affaisser. Je lui assène plusieurs coups sanglants jusqu’à ce que la créature s’effondre. J’ai besoin d’aide et vite, je suis complètement vidée de mon énergie a cause de ce combat sanglant et violent.

  

Je décide donc de m’aventurer dans la grotte pour éventuellement retrouver ma bien-aimée et les prude hommes. Au bout de trois minutes de marches, j’entends un cri strident, c’était la voix d’Elisabeth! Je cours vers le son de la voix et quand j’arrive, je la vois, dans le coin d’une petite cellule. Elle me dit:

«-J’avais tellement peur que le cerbère revienne!»

Je lui dis qu’elle ne devait avoir nulle crainte, c’était moi qui étaos venu. Enfin, nous délivrons, en couple, les prud’hommes, et rentrons à la maison. Certes il y a quelques constructions à faire, mais le plus important est que nous sommes réunis.

08/12/991:

Finalement, la maison est reconstruite et les prud hommes, avec mon accord, sont partis, car ils ont peur que le diable revienne et nous sanctionne pour cet acte que j’appelle héroïque mais qu’eux qualifient de grosse perte.



À propos de ce blog
Surtout créé pour garder une trace des textes (souvent de grande qualité) des élèves, que nous n'avons pas toujours le temps de lire en classe, mais aussi des projets et sorties menées en classe et en dehors, ce blog se veut aussi un lieu d'échange ! Chacun de mes élèves est encouragé à participer, soit par un commentaire, soit par un texte sur un thème au choix. Faites nous partager vos passions, qui peuvent être littéraires ou non !
Derniers articles
08.06.2020
Une parodie de la fable "Le Corbeau et le Renard" par Benjamin Rabier
31.05.2020
Dessins de fables, par Elena

Je lis les fables en français et en russe. Notre poète de 19ième ...

[lire plus >>>]
31.05.2020
Portraits chinois sur Baudelaire, par les 1°2
31.05.2020
Anthologies poétiques à partir des Fleurs du mal
25.05.2020
Un abécédaire sur le livre Vendredi ou la vie sauvage
24.05.2020
Ecrire une brève à partir d'un titre (6e1)

De plus en plus de vols de sacs à main dans le métro ! Un homme ...

[lire plus >>>]
24.05.2020
Mon interview d'une star

Prépare l'interview de ta vedette préférée, en cinq questions !

[lire plus >>>]
19.05.2020
J'écris de ma fenêtre (poèmes écrits par les 1°2)

"Les deux mains au menton, du haut de ma mansarde,
Je verrai ...

[lire plus >>>]
15.05.2020
Des recettes de cuisine exotiques à la manière de Vendredi
13.05.2020
Plusieurs étapes du travail sur Vendredi ou la vie sauvage, par Elena

Bravo à Elena pour son travail très enthousiaste sur le livre ! (et ce ...

[lire plus >>>]
11.05.2020
Portraits araucans à la manière de Vendredi

 „C’est un ruban d’argent, c’est un murmure entre les saules, c’est ...

[lire plus >>>]
06.05.2020
Raconter une expérience personnelle - par les 6e1

Imagine que tu es dans une colonie de vacances, et que lors d'une ...

[lire plus >>>]
06.05.2020
Le coronavirus : récits d'expérience

 Vous pouvez envoyer vos réflexions, votre témoignage personnel au ...

[lire plus >>>]
29.04.2020
Rédiger la suite d'un extrait de roman policier en insistant sur les émotions (6e1)

(d'après Arthur Conan Doyle, Le Chien des Baskerville) Nous nous ...

[lire plus >>>]
29.04.2020
Vendredi ou la vie sauvage de Michel Tournier : un roman d'aventure lu par les 6e1

Voici une sélection de travaux particulièrement créatifs, ou des ...

[lire plus >>>]
16.04.2020
Ecritures à partir des récits d'aventure - 6e1
07.04.2020
Inventer un épisode de l'Odyssée - par les 6e1

Voici le texte de vos rédactions sur l'Odyssée rencontrant un monstre ...

[lire plus >>>]
17.11.2018
Sortie à l'Albertina des 2ndes5

Le vendredi 5 novembre, les élèves de 2nde5 se sont rendus à ...

[lire plus >>>]
17.11.2018
Comment reconnaître un ogre ? (par les 6ème2)

Dans Sacrées sorcières de Roald Dahl, la grand-mère du narrateur nous ...

[lire plus >>>]
27.10.2018
Rallye dans Vienne des sixièmes

Le 11 octobre, toutes les classes de sixièmes ont participé à un ...

[lire plus >>>]
27.10.2018
Visite à l'Albertina par les 2nde5

Le 5 octobre dernier, après avoir lu des nouvelles de Maupassant et ...

[lire plus >>>]
29.06.2018
Une fin d'année en beauté : le défi lecture

Le vendredi 29 juin de 9:30 à 12:30, les trois classes finalistes du ...

[lire plus >>>]
27.06.2018
Sortie au Motorikpark et au Zoom

Le 26 juin, après la sortie au théâtre et alors que les 5èmes5 ...

[lire plus >>>]
26.06.2018
Sortie au théâtre : Lust am Leben, Theater Wozek

Le mardi 26 juin, les classes de 5e1 et 5e5 se sont rendus pour la ...

[lire plus >>>]
24.06.2018
Le voyage de Gulliver à Brobdingnac, ou le pays des géants, par Antoniu, 5e5

Gulliver parcourt le nouveau pays dans lequel il est arrivé :

C’éta ...

[lire plus >>>]
24.06.2018
Compte-rendu de l'atelier théâtre du 19 juin avec Karl Wozek, par Inès (5e1) et Antoniu (5e5)
24.06.2018
"Escape game", un phénomène à la mode, par Tyra, 5e5

« Escape game », jeu d’évasion ludique est un nouveau concept à ...

[lire plus >>>]
18.06.2018
Ma passion pour le foot, par Olivier, 5e5

Aujourd’hui je vais vous parler de ma passion pour le sport,  plus ...

[lire plus >>>]
18.06.2018
L'Arizona, par Antoniu, 5e5
13.06.2018
Une musique plaisante, par Kirill, 55

Cette année j’ai découvert un nouveau style de musique inconnue pour ...

[lire plus >>>]
12.06.2018
Ma passion pour le dessin, par Isabella, 55

J'adore dessiner, j'ai toujours adoré dessiner.

Quand ...

[lire plus >>>]
04.06.2018
Sortie au WUK : ``Um zwei beginnt die Revolution´´, par Leon, 55

Le Mercredi 16 Mai, nous sommes parties dans le cadre du cours ...

[lire plus >>>]
03.06.2018
La montagne (poème de Florian, 5e5)
03.06.2018
"Mon merveilleux jardin", spectacle du concours de poésie 2018 !
23.04.2018
Carnet de voyage : Lilli au Sri Lanka

Pendant les vacances de Pâques, Lilli s'est rendue, en famille, au Sri ...

[lire plus >>>]
19.04.2018
L'amour fou de Tristan et Iseut (textes et dessins d'élèves de 5e5)
22.03.2018
Poésies du jardin, par les 5e5 (et quelques élèves de 5e1)

Deux jours après le début du printemps, je mets ici les poésies ...

[lire plus >>>]
22.03.2018
Sortie au Dschungel Theater, Parzival

Les 13 et 14 mars 2018, à 10h30, nous, élèves de 5e5 et de 5e1  ainsi ...

[lire plus >>>]
14.03.2018
Sonnets sur le voyage, par les 5e1

Après avoir étudié quatre poésies dont trois sonnets de Du Bellay, ...

[lire plus >>>]
07.02.2018
Exercices poétiques, par les 5e1
18.01.2018
Les carnets de voyage des 5e

Imaginez que vous découvrez une nouvelle civilisation, un monde ...

[lire plus >>>]
11.12.2017
Notre visite à Paris, par Laura, 5e1

Au retour des vacances de Toussaint, Laura et Manon, élèves de 5e1, se ...

[lire plus >>>]
24.11.2017
Sortie au cinéma : Wallay de Berni Goldblat

Le 13 Novembre, nous sommes allés au Votivkino pour voir le film ...

[lire plus >>>]
15.11.2017
Les bêtises des 5e1 et des 5e5 (2017-2018)

Voici quelques bêtises racontées par les élèves !

[lire plus >>>]
15.11.2017
Sortie au Dschungel, Atlas der abgelegenen Inseln
14.11.2017
Défi lecture 2017-2018 : à vos marques, prêts, lisez !

Cette année, vous allez participer au défi lecture dans lequel les cin ...

[lire plus >>>]
30.06.2017
Le spectacle Les Fourberies de Scapin par les 5e4

Les 23 et 28 juin 2017, les élèves de la 5ème4 ont représenté avec ...

[lire plus >>>]
29.06.2017
Un lieu merveilleux, par Daphné et Clara, 5e2
13.06.2017
Les bêtises des 5èmes2

Voici les rédactions des 5èmes2 sur le thème "raconter une bêtise ...

[lire plus >>>]
17.05.2017
Ardent, Phafopart et la flèche, par Anjou Vaquette, 5e2
17.05.2017
"D'innombrables questions tournoyaient dans sa tête" (le dilemme d'Ardent) par Carla Wanko, 5e2
17.05.2017
"Le grand jour était venu" (Ardent et Maugré) de Joëlle Geisinger, 5e2
16.05.2017
Le Chevalier Ardent, par Paul Mougneau
08.05.2017
Ardent, Gwendoline et le serpent, par Daphné Perret, 5e2

d'après le sujet de rédactionn "faire le récit d'un dilemme" (manuel ...

[lire plus >>>]
09.03.2017
Récits d'affrontement, par Alix, Wolfram, Hector
07.03.2017
Corrigés du cahier de grammaire p42-61
03.03.2017
Le sujet du concours de l'AMOPA, c'est ici
28.02.2017
Récits d'affrontement, par Fanni, Iris, Ferran, Eli, Davy, 5e4

Le sujet de la rédaction se trouve dans le manuel Terre des lettres ...

[lire plus >>>]
21.02.2017
Le spectacle des 5èmes2, un bilan très réussi !
06.02.2017
Voici l'affiche du spectacle de poésie des 5èmes2 !
16.01.2017
Les plus belles poésies des 5èmes4

"Vite", "le vent", "admirable", la guerre des escargots...(sans ...

[lire plus >>>]
16.01.2017
A tous les écrivains en herbe...

Voici un lien qui aidera les élèves intéressés par l'écriture, et qui ...

[lire plus >>>]
21.12.2016
Préparation du récital de poésie des 5èmes2

Le spectacle de poésie des cinquièmes 2 est prévu pour le ...

[lire plus >>>]
20.12.2016
Les carnets de voyage des cinquièmes

Partez en voyage dans des territoires inconnus, à la découverte de ...

[lire plus >>>]
Nouveaux commentaires
Damien a écrit le 02.12.2018
J´ai trouvé ces textes très humoristiques et intéressants. Les idées ... [lire plus >>>]
Yessine Ben Nejma a écrit le 29.11.2018
J'ai bien aimé l'histoire de Nicolas Adam. Son histoire est drôle est ... [lire plus >>>]
vittorio martelli a écrit le 29.11.2018
j'ai aimer celui de nicolas parceque l'image est drole [lire plus >>>]
Catégories